lundi 6 février 2017

Bedgown or Jacket?

Hello,

This year, I decided to make my articles in english separately from the one in french when it's long texts.


I have noticed that there is some confusion in female clothing called ''déshabillé''. An 18th century ''déshabillé'' is the ordinary clothing to wear casually, the opposite of the court gown or being dressed for Sunday. The term ''déshabillé'' is usually used by wealthy people. Common people would more add white accessories to their everyday clothes, because they did not have money enough to have a completely different kit for Sundays.

Commençons par le manteau de lit. C'est un vêtement d'intérieur pour les personnes aisées. Pour les moins fortunés, il peut être porté en public.


First the bedgown. It's an inside clothing for rich people. For poorer, it may be worn in the public space.
From de l'Art du tailleur contenant le tailleur d'habit d'homme; les culottes de peau; le tailleur de corps de femmes et enfants: la couturière; et la marchande de Modes by M. de Garseault, 1769

On this engraving, we can see that there is no sewing at the shoulder (see red circles). This is a pice of clothing almost not fitted so less expensive to sew and easy to do. The front close by overlapping the two borders or with ribbon. The back has a big pleat that look a little alike the classical french gown but much more simple.


 Les cris de Paris (1737-1746); Pommes cuites au four, Edmé Bouchardon
No seam at the shoulder


 Les cris de Paris (1737-1746); Vendeuse de pommes, Edmé Bouchardon
Overlapping of the fronts parts


Anonymous portrait from anonymous painter  
Overlapping of the fronts parts and no seam at the shoulder


Reproduction of a bedgown using the commercial pattern Kannick's Korner I have sewn, worn by Cathrine Davis. 
Crédit photo: Joseph Gagné 



 Reproduction of a bedgown using the commercial pattern Kannick's Korner I have sewn, worn by Cathrine Davis.
 Crédit photo: Joseph Gagné 



The jacket, called mantelet by french-canadians and juste or justaucorps by people from Old France it a more fitted clothing. It was make for someone with musellement  like most of 18th century clothing. the front can be closed by ribbons, pins, little enclosures and sometime a stomacher. The back is flat without pleats. The basques can be 
splitter or full. The sleeves can be more fitted and end in ''pagodes'' or be less fitted and end with a ribbon. The jacket will always have a different fabric than the petticoats.


 La belle chocolatière, 1743-1743 by Jean-Étienne Liotard (I haven't found the museum)
This jacket has fitted sleeves with pagodes and full basques (the skirt of the jacket)



 La pourvoyeuse, 1739 by Jean Siméon Chardin (museum of Louvres, Paris) 
This jacket has a large sleeve with a contrasting ribbon to hold the sleeve at the elbow.


La fontaine, 1733 by Jean Siméon Chardin ( I haven't fount the museum)
It's probably the same maid of the other painting, La pourvoyeuse. The ribbon on the sleeve has been removed so the sleeve is full long length. Also, we see the seam at her shoulder and the split of the basques near her bum.


My reproduction of an ''indienne'' jacket, made by Evelyne Bouchard with fitted  pagodes sleeves, full basques and ribbons to close the front. 

My reproduction of an ''indienne'' jacket, made by Evelyne Bouchard with fitted  pagodes sleeves, full basques and ribbons to close the front. 




Often the difference is hard to tell in paintings or engravings between jackets or bedgown. Look at the sleeve: if there is no seam at the shoulder, it's a bedgown. If there is a sean at the shoulder it may be a jacket or a half-robe (demi-robe in french). Demi-robe is like a full gown but shorter on the length. 

Exemple of demi-robe
Fêtes galantes of Filippo Falciatore found on Sotheby's


I hope that may help you to recognize bedgown from jackets on paintings and engravings.

Mlle Canadienne

Manteau-de-lit ou mantelet ?

Bonjour,

J'ai remarqué qu'il existait une certaine confusion entre les vêtements féminins de ''déshabillé''. Non, un déshabillé du 18ième siècle n'est pas équivalent au déshabillé affriolant du 21ième siècle. Au 18ième siècle, la tenue déshabillée est la tenue comfortable et ordinaire, par opposition à la tenue endimanchée ou la tenue de court. Le terme est surtout utilisé par les gens plus aisés. Les gens du commun vont plutôt ajouter des accessoires à leur tenue ordinaire pour l'enjoliver le dimanche, n'ayant pas les moyens d'avoir une tenue complètement différente.

Commençons par le manteau de lit. C'est un vêtement d'intérieur pour les personnes aisées. Pour les moins fortunés, il peut être porté en public.
Tiré de l'Art du tailleur contenant le tailleur d'habit d'homme; les culottes de peau; le tailleur de corps de femmes et enfants: la couturière; et la marchande de Modes par M. de Garseault, 1769

Comme illustré sur cette gravure, on peut voir que le manteau de lit ne possède aucune couture au niveau de l'épaule (voir cercles rouges). C'est un vêtement peu ajusté donc moins dispendieux à assembler et relativement facile à confectionner. On pourrait presque le qualifier de ''prêt-à-porter'', presque. Le devant se referme avec une épingle en posant un pan devant l'autre ou parfois un ruban. Le dos de ce vêtement est formé d'un pli qui se déploie à la taille (Figure 8), évoquant légèrement la robe à la française, mais en beaucoup plus simple.


 Les cris de Paris (1737-1746); Pommes cuites au four, Edmé Bouchardon
On peut voir l'absence de couture au niveau de l'épaule.


 Les cris de Paris (1737-1746); Vendeuse de pommes, Edmé Bouchardon
On peut voir le croisement des bords avant du manteau de lit.


Portrait anonyme de peintre anonyme. 
On peut voir le croisement des bords du devant du manteau de lit


Reproduction d'un manteau de lit utilisant le patron commercial de Kannick's Korner que l'ai confectionné, porté par Cathrine Davis. Crédit photo: Joseph Gagné 



 Reproduction d'un manteau de lit utilisant le patron commercial de Kannick's Korner que l'ai confectionné, porté par Cathrine Davis. 
Crédit photo: Joseph Gagné 


Le mantelet, appelé juste dans la Vieille France du 18ième siècle, est un vêtement plus ajusté. Il était fabriqué sur mesure, comme la plupart des vêtements de cette époque. Les manches sont cousues à l'épaule. Le devant peut être attaché par des rubans, des épingles, des agraphes parfois même
 une pièce d'estomac. Le dos de ce vêtement est plat et sans plis. Les basques de ce vêtement peuvent être fendues ou pleines. Les manches peuvent être ajustées et se terminer par des pagodes ou bien être plus larges et se terminer par un ruban. Le mantelet aura toujours un tissu différent des jupons/jupes sur lesquels il est porté.


 La belle chocolatière, 1743-1743 par Jean-Étienne Liotard (je n'ai pas trouvé le musée)
Ce mantelet a des manches ajustées à pagodes (le truc plissé au coude) et des basques pleines (la jupette du mantelet)



 La pourvoyeuse, 1739 par Jean Siméon Chardin (musée du Louvres, Paris)
Ce mantelet a une manche large, remonté au coude par un ruban contrastant.


La fontaine, 1733 par Jean Siméon Chardin ( je n'ai pas trouvé le musée)
Il s'agit probablement de la même servante qu'on voit sur La pourvoyeuse. Le ruban a été enlevé et la manche est à sa pleine longueur. Aussi, on voit la couture de la manche au niveau de l'épaule et la fente des basques au niveau de son postérieur.

Ma reproduction de mantelet en indienne, confection Evelyne Bouchard avec manches ajustées à pagodes, basques pleines et rubans pour nouer le corsage

Ma reproduction de mantelet en indienne, confection Evelyne Bouchard avec manches ajustées à pagodes, basques pleines et rubans pour nouer le corsage



Souvent la différence entre le manteau-de-lit et le mantelet (comprendre juste ou justaucorps féminin si vos références viennent de France) sont subtiles. La façon la plus simple est de regarder la manche. Si n'y a pas de couture au niveau de l'épaule, il s'agit d'un manteau de lit. S'il y a couture, il s'agit d'un mantelet ou peut-être une demie-robe. La demie-robe est taillée comme une robe mais sa longueur est raccourcie. 

Exemple de demi-robe
Fêtes galantes de Filippo Falciatore trouvé sur une vente aux enchères de Sotheby's


J'espère que cela vous aura aidé à différencier le manteau de lit du mantelet sur les portraits. Notez qu'à partir d'environ 1760, il y a d'autres variations de déshabillé qui apparaissent en Vieille France.

Mlle Canadienne

jeudi 12 janvier 2017

Point de couture historique: vidéos intéressantes

Bonjour,

Petit billet aujourd'hui. Dernièrement, je suis tombée sur les vidéos de la Compagnie Burnley and Trowbridge, sur Youtube

Si vous voulez connaitre les points de base pour coudre à la main, ces vidéos sont simples et facile à comprendre. Il y a des vidéos sur quelques autres sujets concernant la couture d'époque

Malheureusement ils ne disponible qu'en anglais.

La deuxième saison vient de commencer, je vais y retourner à quelques reprises cette année pour voir les prochains épisodes!

Bonne couture!

Mlle Canadienne
Hello,

Little message today. In the last days, I found the  videos of Burnley and Trowbridge Company on Youtube.

If you want to know the basic stitching points in historical hans sewing, those videos are easy to understand  There is also  few others subjects about historical costuming.



Season two has just begun, I'll stay tuned for the new episodes! 

Happy sewing!


Mlle Canadienne

mercredi 2 novembre 2016

Pour ou contre le port du corps baleiné (corset)?

Bonjour,

La question aujourd'hui nous semble évidente en faveur de l'arrêt du port du corps baleiné. J'aimerais toutefois mettre en évidence pourquoi, selon mes observations et réflexions, il a pris autant de temps pour être remplacé. Je terminerais avec un débat d'actualité sur le port du soutien-gorge sportif chez les adeptes de la course à pied pour comparer notre idéologie moderne avec celle de nos ancêtres portant des corsets et corps baleinés.

Cet article sera ponctués de plus de mots scientifique que d'habitude.

Commençons par les arguments en défaveurs du port du corps baleiné.

- Le port prolongé d'un objet de soutien comme un corps baleiné entraine une faiblesse musculaire de la ceinture abdominale. Cela a pour effet de diminuer la capacité à se tenir le corps droit sans corset à la longue car les muscles deviennent trop faibles.


Les première et troisième postures de cette image sont reliées entre autre à des abdominaux faibles. 
Ces mauvaises postures sont encore retrouvées dans la population malgré l'absence de port de corset.
 La dernière posture est la posture idéale et balancée. Elle met en évidence les muscles sollicités.

- La restriction de diamètre imposée par le corps baleiné au niveau de la cage thoracique limite le mouvement d'élévation et d'abaissement des côtes. Plus il est serré, plus il est difficile de mouvoir la cage thoracique. La conséquence de tout ceci consiste à une diminution de la profondeur de la respiration. Je compare cela à la profondeur de respiration qu'une personne qui fume régulièrement depuis une dizaine d'années. On devient le souffle court plus rapidement mais n'empêche pas de faire des activités. Évidemment les personnes s'adonnant au ''tight lacing'' restreignent encore plus les mouvements de la cage thoracique. Le ''tight lacing'' est une mode qui a débuté au courant du 19ième siècle ou à la fin du 18ième je ne sais plus. Cette mode n'avait pas été adhéré par la majorité, malgré ce que les médias perpétue (je pense entre autre au premier film de Pirates des Caraibes) .

Tight lacing or fashion before ease: un satyre de la fin du 18ième siècle
Collection British Museum, Londres


Illustration de 1884 sur les effets présumés du tight lacing sur les côtes et les organes internes
Source: Wikipédia

- La restriction de diamètre imposée par le corps baleiné au niveau de l'abdomen entraine un étalement des viscères vers le haut et vers le bas. Cette augmentation de la pression intra-abdominale peut affaiblir à la longue les muscles du plancher pelvien. Le plancher pelvien a plusieurs fonctions dont aider à retenir les viscères (intestins et vessie) à l'intérieur de la cavité abdominale. Ces muscles aident aussi à retenir les urines . Par conséquent, le port prolongé de corset peut, à long terme, entrainer une descente de vessie et de l'incontinence.

Plancher pelvien vue supérieure 
Comme un plancher les organes internes ''reposent'' sur ce plancher fait de muscles. 

Voici les arguments en faveurs du port du corps baleiné.

-C'est le seul vêtement de ces périodes qui permet le support de la poitrine. Qui d'entre-vous, mesdames, serait à l'aise de se déplacer publiquement sans son soutien-gorge? Le corset s'appui principalement sur la taille pour offrir un support aux globes féminins tandis que le soutien-gorge moderne s'appui de façon égale sur les épaules par les bretelles et par la bande élastique sous la poitrine. Il est tout aussi mal vu pour les gens du XVIIIième siècle de se promener sans corset que aujourd'hui sans soutien-gorge.
La belle cuisinière, avant 1735, François Boucher
Exposée au musée Cognacq-Jay, Paris


J'aimerais souligner l'aspect ''intime'' et ''voyeur" de cette peinture. En effet la cuisinière est seulement vêtue de son corset et le bas de la culotte de son galant est détaché, révélant qu'ils ont passé à l'acte de concupiscence ou vont le faire bientôt. De plus, la présence d'un chat, en bas à droite, évoque ce qu'on appelle encore vulgairement ''la chatte'' si j'ai bien compris la symbolique de cette époque.


-La rigidité du corps baleiné permet de répartir le poids des jupons et poches sur toute la circonférence de la taille.  Une fois, j'ai mis mon premier jupon en dessous de mon corps baleiné. les cordes de mon jupons avait enserré ma peau de telle façon que j'avais des marques rouges sur mes hanches à la fin de la journée. À la défense de mes cordons, j'ai la peau fragile et elle marque facilement. Je vous rappelle avoir passé une journée entière avec plus de 3 livres dans mes poches attachées par des cordons. Je n'aurais jamais pu le faire sans mon corps baleiné.

Crédit Photo: Cathrine Davis

-Le corps baleiné ou corset permet de supporter la structure des vêtements. Il donne la forme conique du 18ième siècle. Cette forme évolue vers le sablier au 19 et 20ième siècle.

Je crois que l'argument de la pression sociale en faveur du port du corset a été le plus important historiquement et a perpétué l'usage de ce qu'on qualifie souvent aujourd'hui d'instrument de torture.

J'ai déjà posé la question mais je veux la répéter ici. Trouvez-vous qu'il soit acceptable pour une femme de fréquenter des endroits publics sans soutien-gorge? Pourquoi est-ce que environ 50 ans après que les féministes aient brûlé leurs soutien-gorges nous, les femmes, sommes toujours entrain de les porter? L'argument de la pression sociale est toujours le plus important à mon avis.

Plusieurs me diront: les seins ont besoin de soutien, c'est un fait. À cela je réponds qu'en matière de soutien-gorge sportifs, les études ont été majoritairement financées par les compagnies de vêtements sportifs. L'an dernier, j'ai assisté à un cours de Blaise Dubois, physiothérapeute et président de la clinique du coureur. Il nous expliquait ce biais de recherche pour les soutien-gorge sportifs. La plupart des études sur le sujet partent de ce principe que je simplifie ici: Quand une femme court, ses seins bougent et lui font mal. Il faut donc immobiliser les seins durant la course pour qu'ils ne crée pas de douleur. M. Dubois nous citait que deux études publiées dernièrement ont voulu mettre à l'épreuve une nouvelle hypothèse: Est-il possible que la douleur occasionnée dans le sein non soutenu durant la course est dû à un manque d'entrainement des tissus à cet activité? Pour répondre à cette questions les chercheurs ont fait s'entrainer des femmes ayant une grandeur de bonnet variant entre A et D sans aucun soutien pour une période entre 3 et 6 mois, permettant l'adaptation tissulaire. Bien sûr les premières semaines furent pénibles pour ces femmes. Les résultats à la fin de la période: la majorité sinon toutes les femmes n'avaient plus de douleur durant la course et étaient devenues inconfortable à courir avec un soutien-gorge. J'ai tenté de retrouver ces études mais malheureusement je n'ai pas réussi.

Voyez-vous, lorsque vous jugez ces femmes du passé pour avoir porté des corps baleinés et corsets, dites-vous que peut-être vos lointains descendants penseront exactement la même chose de vous et de votre soutien-gorge. Biologiquement, ces nouvelles études tendent à remettre en question l'usage du soutien-gorge sur une activité à impact. Cela devra être corroboré par d'autres études sur un plus grand échantillon et leurs chercheurs devrons trouver les fonds nécessaires pour les mettre en marche.

Parlant de poitrine durant les activités sportives, voici un article intéressant quoique ne faisant pas notion des études dont parlait M. Dubois, sur l'industrie du soutien-gorge sportif et l'importance de la mode avant le confort. Why are sport bra so terrible?

Peut-être que Georges Lucas a raison après tout: on n'a pas besoin de soutien-gorge! (que ce soit dans l'espace ou non) Malgré tout, je continues d'en porter un.

Mlle Canadienne
Hello english friends,

Are you for or against wearing a corset?

The question today look easy to answer: Against! I would like to enlight why it took so long to replace, according to my reflexions. I will end with an actual debate on the sport bra for woman running to compare the ideas of  the past to our modern. 

This article will have more scientific words than usually and I may have had trouble to translate my ideas. 

I begin with the arguments against stays and corset.

- Support clothing like stays and corset are more likely to make abdominal muscles weakness when worn for a long period. This diminish the capacity of the body to stay straight without corset because muscle are not used to work anymore. 



The  first and third posture of this picture are related to weak abdominals muscles. Theses postures still exists even if stays/corsets are not worn anymore
 The last picture illustrante the idéal and balanced posture. It shows the muscles working to achieve it. 

- The restriction of the corset on the diameter of the rib cage limits the mouvements of elevation and lowering of the ribs. More it is thight, more it is difficult to move the rib cage. Because of that, the corset make breathing less deep. According to my experience  it is comparable with the breathing of somebody used to smoke regularly since 10 years. Short breath comes more easily but does not restraint to make activities.  Of course, people doing ''tight lacing'' restrict more the movements of the rib cage. ''Tight lacing'' is a fashion that appeared in the 19th century or the end of the 18th century, I dont remember. This was not followed by everybody, despite what medias keep telling (thinking about the first movie of Pirates of the Caribbean


Tight lacing or fashion before ease: satyr of the end of the 18th century
Collection British Museum, London



Illustration of 1884 On persuade effects of tight leasing on ribs and internats organs
Source: Wikipédia

- The compression of the corset/stays over the tummy make the internals organs wanting to go upper and down. It creates an augmentation of internal pression that can make the muscles of the pelvic floor weak. The pelvic floor muscles keep internals organs inside the body. They helps to keep the urine inside too by its activity. When wearing a corset/stays daily for a long period of time, it may lead to bladder descent and incontinence. Not very sexy.


Pelvis floor, upper view 
Like a floor made of muscles, organs ''lay'' on it. 

Here are the arguments for wearing stays/corset.

-Stays/Corset are the only clothing of those periods that support the breasts. Ladies, who would be feeling great about walking around in a public place without a bra? Stays supports the breast by resting on the waist/hip. Bra supports breast with straps on the shoulder and the under boob elastic band. Like today, woman who would walk around without corset would have a bad reputation.


La belle cuisinière, before 1735, François Boucher
Exposed at musée Cognacq-Jay, Paris


I would like to emphase the aspect of intimacy of this painting. Because the kitchen maid is only wearing her jumps/corset ant her lover has the bottom of his breeches open on a bare knee, it make people thing that they made or soon going to make love soon. Furthermore, the cat in the bottom right of the painting refers of what bad language still refers as ''the pussy'', If I understand right the symbols of that century. 



-The rigidity of the stays/corset allows to distribute the weight of the skirts and pockets around the waist. Once I tried to put a petticoat under my stays. The cords marked my skin in red, but I have a very sensitive skin to pressure. I remember you that I once wear, in historical costume, around 3 pounds of materials in my pockets that are attached by cords around the waist. I would never been able to do it without wearing a stays.    


Crédit Photo: Cathrine Davis

-The stays/corset were creating the basic shape for the visible clothing. fashion history has been deeply influenced by it. The conical shape the stays slowly evolve to the hourglass for in the 19th century.

I think the argument of social and peer pressure for wearing stays/corset has been the most important historically and made that piece of clothing, that many call a torture device, perpetuate thru time.


I already asked the question but I want to repeat it. Is it acceptable for a woman to go to public space without a bra supporting her breast? Why around 50 years after feminists burnt their bras, womans are still wearing them? The argument of social pressure is still the most important according to me. 

Many would say that boobs need to be supported and that is a fact. I have an answer to them. When talking about sports bra, most of the studies are funded by sport clothing compagny. Last year, I assisted to a lesson given by Blaise Dubois, physical therapist and president of the running clinic. He explaned that was a big skewed idea in research about running bras. Most researches are starting with that idea: when the woman run or do sports, the boobs are moving and create pain. Breast has to be fixed to avoid the pain. Mr Dubois talked about 2 new studies that wanted to test a new hypothesis: what if breast is painful because it is not used to move? To answer that question, searchers made woman running without a bra for a long period, around 3-6 months, to allow the tissues to respond to that mechanical loading force. The cups were around A to D if I remember well. Of course the first time was more painful. But at the end the results were that the majority or all the woman were not having pain while running without bra and were uncomfortable running with a bra.  I have tried to found those studies by myself but I did not succeed. 

When judging past woman for wearing stays and corsets, think that the futures generations may someday laugh about our bras like you do about corsets. On a biological view, some new studies are asking if the bra is really useful while doing an impact activity. Further studies are needed indeed.

Speaking about sport and bra I fou that interesting article about how to conceive a sport bra Why are sport bra so terrible? Unfortunately, they no not talk about the studies of Mr. Dubois

After all, maybe that Georges Lucas was right after all: we do not need bras! (in space or not) Beside all that, I'm still wearing a bra everyday, just so you know. 


Mlle Canadienne 

lundi 17 octobre 2016

Couvre-chaussure

Bonjour,

Depuis que je me suis acheté les chaussures de satin de coton Georgiana de American Duchess en fin de ligne, je suis devenue un peu fanatique pour essayer de ne pas les salir. Elles sont faites pour être teintes mais avec mes bas blancs, je ne veux pas tenter la chance que mes souliers puisse déteindre sur mes bas de soie brodés. Ces souliers sont de petites oeuvres d'art. Je me suis demandé s'il y avait un moyen de les protéger de façon historique.


Crédit photo: Cathrine Davis

Le souvenir d'un objet reproduit dans une section muséale de la Forteresse-de-Louisbourg que j'ai visité en 2011 m'est revenu. J'ai retrouvé la photo.



Je me suis mise en recherche de ces fameux couvre-chaussures. La majorité des exemplaires que j'ai trouvés datent de la fin du 18ième siècle et sont d'origine britannique ou américaine. Les quelques exemplaires français que j'ai trouvé sont plus élaborés avec le tissu de la chaussure assorti avec le couvre chaussure.


Pour sa simplicité, j'ai dirigé mon choix vers cet artéfact comme base pour faire une reproduction, bien qu'il soit d'origine britannique. J'ai  légèrement altéré la forme pour que mes chaussures fonctionnent avec le couvre-chaussure, l'ajustement entre la chaussure et le couvre-chaussure n'est pas parfait, je voulais qu'on puisse encore reconnaitre l'inspiration d'origine.

Avec l'aide précieuse de mon père et de ses outils, j'ai façonné des blocs de pins dans la forme voulue. J'en suis à l'étape de les sabler, il me manque à  teindre et huiler le bois puis couper et clouer le cuir au bois. Je déciderais ensuite si je veux poursuivre avec l'ajout de plaque de fer pour sur-élever la chaussure de la boue et autres détritus de la rue. Désolée, je n'ai pas encore pris de photos.

Je dois avouer que j'ai hâte d'expérimenter. Je vous écrirais mes impressions quand je les aurai essayés.

D'ici là, il me reste encore plusieurs étapes à franchir.

Mlle Canadienne



Hello,

Since I have bought the Georgiana shoes of American Duchess in cotton satin in sale, I'm a little overprotecting them to not stain them. They are made to be dye. With my white silk embroidered stockings, I don't want to take a chance to partially dye my stockings because of my shoes. Those shoes are super pretty like object of art. I asked myself if there were a historically accurate way to protect them.


Crédit photo: Cathrine Davis

Then I remembered that picture I took while visiting the Forteress of Louisbourg in 2011.



So I looked for those pattens/overshoes/pretty clogs. Most were English or American from the end of the 18th century. The few french ones that I found were more elaborated with the fabric of the shoes matching with the pattens.

For its simplicity, I choose that one for my reproduction even if it is from Britain. 

With the help of my father and his man tools, I molded pine wood into the wanted form. I still have to sand them, dye and oil it then cut the leather and pin it with nails on the wood. I will choose after if I want to add the iron part underneath. Sorry, I did not take pictures of it yet.

I have to admit I can't wait to try them. I surely write my impressions in another article. 

For now, I still have work to do.

Mlle Canadienne

dimanche 25 septembre 2016

Que faire en cas de pluie inattendue?

Bonjour,

Durant notre dernière sortie en vêtements d'époque, Cathrine a bien voulu se prêter au jeu pour reproduire une gravure des cris de Paris de Bouchardon.

Voici la gravure en question:

 Les cris de Paris (1737-1746); Espéce de parapluye, Edmé Bouchardon


Et la photo que nous avons produite:


Crédit photo: Joseph Gagné

Malgré que similaire, j'aimerais porter votre attention sur les petites différences entre la gravure et la photographie.

1- La hauteur des jupons. En effet les jupons de la Canadienne Cathrine sont plus haut sur la jambe que ces de la gravure, ce qui fait qu'on devine les jarretières de Cathrine.

2- La présence de poche. En effet, j'ai oublié de préciser à mon amie qu'on place les poches juste avant de poser le jupon d'apparat, ce qui est plus simple pour les rejoindre. 

Si ce n'est de cela, le tout est identique à mon avis.

Mlle Canadienne
Hello,

During our last event in 18th century clothing, my friend Cathrine has been kind enough to try to reproduce one engraving of the cries of Paris of Bouchardon.

The original engraving:

 Les cris de Paris (1737-1746); Espéce de parapluye, Edmé Bouchardon


And the picture of Cathrine reenacting clothing:


Crédit photo: Joseph Gagné

I want to point your attention on the littles differences between the photography and the engraving.

1- The height of the petticoats. Because Cathrine is a french canadian lady, the petticoats are higher on my friend leg. Because of that, we can guess the fringes of her garter. 

2- The presence of pockets. I forgot to specify Cathrine to put her pockets in between her petticoats instead of underneath. But we can guess the presence of her pockets. 


Beside that, it is all identical!

Mlle Canadienne

mercredi 21 septembre 2016

Timbre de Poste Canada: La Dame Blanche (réponse à Joseph Gagné)

Bonjour,

Dernièrement, mon bon ami Joseph Gagné, véritable historien (j'ai le droit de le dire, il a publié un livre que je lis actuellement), m'a demandé via un billet sur son blog ''Curieuse Nouvelle-France'' de commenter l'habit de la Dame Blanche des timbres canadiens nouvellement émis sur le marché dans leur collections ''le Canada hanté''.


Il y a plusieurs aspects que je peux aborder.

D'abord, un léger rappel, la légende veut que Mathilde Robin, ravagée par la mort de son fiancé durant guerre de Sept Ans, décida de mettre fin à ses jours en se tirant du haut de la chute Montmorency, vêtue de sa robe de mariée. (La Presse, 8 septembre 2016)

Pour ce qui est des vêtements illustrés en tant que tels, la chemise me parait trop haut sur le décolleté pour la période. Le choix du ruban plissé comme décoration de l'encolure me parait adéquate et l'emplacement de la couture de la manche sur l'épaule un peu moderne.

Par contre, je reste mitigée sur le choix de la couleur. D'un côté, c'est la dame blanche, elle se doit d'être blanche, non? D'un autre côté, la notion de ''robe de mariée'' n'existe pas telle qu'on la conçoit aujourd'hui durant le régime français. En effet, l'idée de pureté et de virginité de la robe blanche ne viendra qu'avec le mariage de la reine Victoria. Avant cela, on se marie dans ses plus beaux atours, sans avoir la pression sociale de se trouver une robe blanche. Les habits de la mariée seront reportés dans les évènements importants de sa vie. Je devrais me renseigner sur le sujet mais peu, je crois, se faisaient confectionner une tenue expressément pour l'occasion. 

Ceci étant dit: les plus beaux atours des femmes du Canada sont blancs, il me semble que Pehr Kalm se plaint dans son ''Voyage en Amérique'' que les domestiques et les dames mieux nanties se ressemblent toutes le dimanche parce qu'elles sont ''habillées de blancs''. Comprendre qu'elles portent jupons, mantelets à dominance blanc probablement avec un tablier blanc et un mouchoir cou blanc. Oh, oui pour ceux qui ne se souviendraient plus de cette époque animée par la foi catholique, le dimanche, jour de repos, on s'habille beau pour aller à la messe. 


Dans cette peinture, le personnage central est une jeune mariée, bien que ses vêtements soient colorés, ses accessoires sont blancs.




Détail de ''L'accordée de village'' (1761), Jean-Baptiste Greuze.

Collection Musée du Louvres, Paris

Pour ma part, avec mes connaissances actuelles de l'habit de l'époque, j'attribue le blanc de la Dame Blanche aux eaux tumultueuses de la Chute Montmorency et du glacial fleuve St-Laurent, comme si les eaux avaient lavé la vie et les couleurs de notre dame en peine...


Mlle Canadienne


Hello,

Lastly, my good friend Joseph Gagné, real historian (I can say that, he published the book I am reading), asked me by his blog ''Curieuse Nouvelle-France'' to comment the costume of  ''la Dame Blanche'' (the white lady) of the new Canadian stamps of Canada Post.




Many aspects of it I what to point.

First, just quick saying of the legend about Mathilde Robin, in despair after leaning that her future husband died during a battle of the Seven years war, decided to kill herself by jumping into the Montmorency falls, while wearing her wedding gown.(La Presse, 8 septembre 2016)

Concerning the choice of illustrated clothing, the shift appear too high on the thorax for the era. The pleated ribbon as decoration look right for me and the place go the sewing look a little bit modern to me.  

I am mixed about the color choice. On one side, it's the Lady in White, she has to be in white, right? On the other side, the notion of  '' wedding gown'' does not exist in the New France area like we conceive it today. The idea of purity and virginity that goes with the white wedding gown will come only with the wedding of the Queen Victoria. Before, people are getting married into their most beautiful clothing, whiteout the social pressure to find ''the white dress''. The clothing the bride is wearing during her wedding will be worn again in her life. I should look for more information about it but I think that making a gown especially for her wedding was not a common thing during the 18th century.

That said, it is considered that the most beautiful clothing for women were white. According to my memory, Pehr Kalm complains that female domestic and female master looked alike on Sunday because the were all ''wearing white''. Understand that their petticoats and jackets were mostly white with white apron and white neckerchief.

In this painting the lady is a bride, despite she is wearing a colourful dress with white accessories.


Detail of ''L'accordée de village'' (1761), Jean-Baptiste Greuze.
Collection Musée du Louvres, Paris

In my mind, with my actual knowledge of the 18th century clothing, I link the white of the Lady in White to the icy cold water of the Montmorency falls and the St-Lawrence river, like the water washed away the life and color of that lady full of sorrow...


Mlle Canadienne